Les excuses

Enfin une bonne nouvelle dans notre peine, j'ai reçu ce soir la lettre d'excuses tant attendue mais hélas,  comme nous allons le voir, incomplète et ne voulant pas dire grand chose.

Je ne la publierai pas parce que Monsieur Latour n'y tient pas spécialement bien que je puisse le faire car justement elle ne propose pas d'identification de la personne et la signature est illisible.

Rectificatif : Depuis l'édition de cet article, j'ai retrouvé et contrôlé le numéro de téléphone qui m'a appelé le 18 Juin.
Il s'agi bien de celui de la gendarmerie de Luchon et certains éléments de cette page qui sera réécrite dans la journée  sont à ne pas prendre en considération.

Dans la foulée, j'ai envoyé un mail à la brigade pour lui demander de bien vouloir me fournir les explications qu'apparemment Mr le Directeur ne veut ou ne peut me fournir.

Fin de rectification

Bref, n'importe qui aurait pu écrire cette lettre manuscrite et ce qui est  choquant, c'est que la dame "regrette que les conséquences de notre altercation soient allées si loin" mais en aucun cas ne fait mention de sa visite à la gendarmerie et des allégations mensongères me faisant passer pour une brute.

Elle s’excuse de quoi au juste ?

Sur papier à en-tête d'intermarché et contre-signée par Monsieur Latour en personne, la missive se termine par un "Sincère salutation" aussi hypocrite qu'insipide et la seule émotion qu'elle m'inspire est qu'on essaye de me faire avaler un Tampax mouillé.

Pas de lettre d'excuse dédiée de la personne morale Intermarché Luchon/Moustajoin (SAS Neige) et bien sûr pas  de communiqué de la gendarmerie attendu expliquant que la Demoiselle avait "rectifié" sa déposition me lavant des infâmes soupçons qu'elle a fait peser sur ma tête.

Pourtant, Monsieur le Directeur et moi avions un accord.

Ce joli monde me présentait des excuses et nous en restions là. :-//

Autrement dit, nous en sommes toujours au point zéro, mon juste courroux n'a pas trouvé apaisement mais, point positif, ces excuses ratées donc non recevables font avancer ma réflexion et pourraient confirmer mes doutes sur une partie de cette histoire.

Peut-être bien après tout qu'il n'y a jamais eu de visite à la gendarmerie, pas de dépôt de "main courante" (qui pour rappel n'existe pas chez les gendarmes), et il me tarde que ces derniers lisent ce texte pour qu'ils me confirment si ils ont reçu ou non la préposée  en leur locaux le 18 Juin 2018 .
Je vais d'ailleurs leur envoyer demain le lien vers cet article pour qu'ils en soient bien informés.

[NDLR] C'est fait ce matin samedi 23 Juin vers 12 h.

Si Monsieur le directeur avait répondu à ma question à ce sujet plus tôt, nous ne nous la poserions pas et le résultat est que je me demande qui m'a appelé ce jour-là se présentant comme un agent patenté.

Cette ambiguïté vient d'être levée aujourd'hui  (toujours le 23 Juin) car, ayant retrouvé et contrôlé ce numéro, je sais maintenant que c'est celui de la gendarmerie de Luchon.

La question est de savoir dans quel cadre intervenait ce policier et quelles étaient ses intentions.

S'informer plus avant d'une situation ou me faire une maladroite pression pour que je renonce à mon intention de publier ce site  procédé est vieux comme le monde comme en témoigne l'intervention de la brigade il y a quelques années lors d'une situation similaire.

Vous pourrez lire la relation de cette affaire ici.

Si finalement tout cela était de l’esbroufe, je comprendrais la difficulté de Mr Latour à me fournir ce que je demande et quelque chose me dit que nous allons être fixé à ce sujet dans les heures ou les jours qui suivent.

Et vivement car le marché que j'ai passé avec Monsieur le Directeur (des excuses et je ferme ce site) ne tiendrait plus si il s’avérait que la Police n'a rien à voir là-dedans car, si j'ai été conciliant en croyant que cette histoire n'était que celle d'une employée qui avait perdu les pédales, il n'en sera pas de même si ladite Police me confirmait n'avoir jamais reçu la petite éplorée et du coup, c'est eux qui porteraient plainte pour tentative de manipulation des services de l'état au bénéfice d'une société privée.

Ou quelque chose comme cela. ;)

Mais nous n'en somme pas (encore) là et ce qui inquiéterait davantage, c’est comment Monsieur Latour le Directeur d'Intermarché Luchon/Moustajon se tirerait de cette vilaine affaire qui relèverait du pénal et pas question cette fois d'envoyer une employée innocente au frond pour astucieusement se cacher derrière elle et rendre pratiquement impossible le dépôt d'une plainte.

Ma sœur, qui est une fine mouche,  dit que le tour était bien joué. ;)

Nous attendrons ensemble le communiqué de la brigade de gendarmerie de Luchon qui raconte que Mm X est bien venue répandre des pleurs chez eux le 18 Juin 2018 et qu'elle est revenue leur dire que ces accusations étaient fausses.

La gendarmerie de Luchon, suite à mon mail de ce matin (23 Juin), devrait nous éclairer sur cette question primordiale pour la suite des événements.

Pour info, Monsieur Latour, directeur du supermarché de Luchon qui n'a toujours pas présenté les excuses de sa société ni les éléments qui étaient pourtant sa promesse écrite, m'a appelé ce matin vers 12 h pour me demander "naïvement" si j'étais satisfait des "excuses" de son employée et il n'avait manifestement pas lu cette page publiée hier soir.

Devant ma dénégation pour les raisons que j'ai expliqué dans cet article, Monsieur Latour a changé de ton, s'est un tantinet énervé, a taxé votre serviteur de "mauvaise foi", dit "qu'il me trouvait bien agile sur les béquilles", m'a reproché  "d'aimer  la polémique" et à trouvé comme justification à son manque de célérité à donner les éléments que je demande en disant  "qu'il a beaucoup de travail".

Tout cela dans pratiquement une seule phrase et je n'ai pu que répondre que chacun avait ses priorités.

La, fausse semble-il empathie et la recherche d'une résolution par la flatterie de cette affaire ne fonctionnant pas avec moi, il semble que le ton ait brusquement changé peut-être parce le directeur d'intermarché Luchon ne peut pas tenir ses promesses jusqu'à preuve du contraire.

Sincères les excuses ? 

Je ne crois pas, non. :-(

Quand je pense que j'avais différé la publication de ce blog en croyant que tout cela allait s'arranger...

Aujourd'hui, samedi 23 juin 14 h, le statu quo se termine et l'adresse internet de ce blog est rendue publique.

Dans quelques heures son URL sera connue de Google et autres moteurs de recherche, les personnes, sociétés et autorités concernées recevront une invitation à le visiter ainsi que la presse et réseaux sociaux comme il se doit.

Monsieur Patrick Latour, directeur de l'établissement Intermarché Luchon/Moustajon géré par SAS Neige, vous avez eu ce matin au téléphone exactement le même comportement que votre employée au départ de cette affaire. Lequel a déteint sur l'autre dans la manière de gérer les conflits ?

Nous ne communiquerons désormais plus que par écrit ou avocats interposés.

Inutile d'essayer de faire fermer ce site car, ayant comme vous le savez une certaine expérience du combat médiatique, je connais parfaitement les techniques visant à faire taire les contradicteurs (lire "les lanceurs d'alertes) et la publicité négative que vous avez voulu éviter en me menant depuis maintenant six jours en bateau va faire son oeuvre mais j'en suis désolé pour vous et votre groupe.

Vous auriez dû saisir la perche qui vous était tendue et ne pas continuer à me prendre pour une bille.

Lire la suite Ce que je crois maintenant

Les excuses Par Jack le 22 juin 2018 Enfin une bonne nouvelle dans notre peine, j'ai reçu ce soir la lettre d'excuses tant attendue mais hélas, comme nous allons le voir, incomplète et ne voulant pas dire grand chose. Je ne la publierai pas parce que Monsieur Latour n'y tient pas spécialement bien que je puisse le faire car justement elle ne propose pas d'identification de la personne et la signature est illisible.Rectificatif : Depuis l'édition de cet article, j'ai retrouvé et contrôlé le numéro de téléphone qui m'a appelé le 18 Juin. Il s'agi bien de celui de la gendarmerie de Luchon et certains éléments de cette page qui sera réécrite dans la journée sont à ne pas prendre en considération. Dans la foulée, j'ai envoyé un mail à la brigade pour lui demander de bien vouloir me fournir les explications qu'apparemment Mr le Directeur ne veut ou ne peut me fournir. Fin de rectification Bref, n'importe qui aurait pu écrire cette lettre manuscrite et ce qui est choquant, c'est que la dame "regrette que les conséquences de notre altercation soient allées si loin" mais en aucun cas ne fait mention de sa visite à la gendarmerie et des allégations mensongères me faisant passer pour une brute. Elle s’excuse de quoi au juste ? Sur papier à en-tête d'intermarché et contre-signée par Monsieur Latour en personne, la missive se termine par un "Sincère salutation" aussi hypocrite qu'insipide et la seule émotion qu'elle m'inspire est qu'on essaye de me faire avaler un Tampax mouillé. Pas de lettre d'excuse dédiée de la personne morale Intermarché Luchon/Moustajoin (SAS Neige) et bien sûr pas de communiqué de la gendarmerie attendu expliquant que la Demoiselle avait "rectifié" sa déposition me lavant des infâmes soupçons qu'elle a fait peser sur ma tête. Pourtant, Monsieur le Directeur et moi avions un accord. Ce joli monde me présentait des excuses et nous en restions là. :-// Autrement dit, nous en sommes toujours au point zéro, mon juste courroux n'a pas trouvé apaisement mais, point positif, ces excuses ratées donc non recevables font avancer ma réflexion et pourraient confirmer mes doutes sur une partie de cette histoire. Peut-être bien après tout qu'il n'y a jamais eu de visite à la gendarmerie, pas de dépôt de "main courante" (qui pour rappel n'existe pas chez les gendarmes), et il me tarde que ces derniers lisent ce texte pour qu'ils me confirment si ils ont reçu ou non la préposée en leur locaux le 18 Juin 2018 . Je vais d'ailleurs leur envoyer demain le lien vers cet article pour qu'ils en soient bien informés. [NDLR] C'est fait ce matin samedi 23 Juin vers 12 h. Si Monsieur le directeur avait répondu à ma question à ce sujet plus tôt, nous ne nous la poserions pas et le résultat est que je me demande qui m'a appelé ce jour-là se présentant comme un agent patenté. Cette ambiguïté vient d'être levée aujourd'hui (toujours le 23 Juin) car, ayant retrouvé et contrôlé ce numéro, je sais maintenant que c'est celui de la gendarmerie de Luchon. La question est de savoir dans quel cadre intervenait ce policier et quelles étaient ses intentions. S'informer plus avant d'une situation ou me faire une maladroite pression pour que je renonce à mon intention de publier ce site procédé est vieux comme le monde comme en témoigne l'intervention de la brigade il y a quelques années lors d'une situation similaire. Vous pourrez lire la relation de cette affaire ici. Si finalement tout cela était de l’esbroufe, je comprendrais la difficulté de Mr Latour à me fournir ce que je demande et quelque chose me dit que nous allons être fixé à ce sujet dans les heures ou les jours qui suivent. Et vivement car le marché que j'ai passé avec Monsieur le Directeur (des excuses et je ferme ce site) ne tiendrait plus si il s’avérait que la Police n'a rien à voir là-dedans car, si j'ai été conciliant en croyant que cette histoire n'était que celle d'une employée qui avait perdu les pédales, il n'en sera pas de même si ladite Police me confirmait n'avoir jamais reçu la petite éplorée et du coup, c'est eux qui porteraient plainte pour tentative de manipulation des services de l'état au bénéfice d'une société privée. Ou quelque chose comme cela. ;) Mais nous n'en somme pas (encore) là et ce qui inquiéterait davantage, c’est comment Monsieur Latour le Directeur d'Intermarché Luchon/Moustajon se tirerait de cette vilaine affaire qui relèverait du pénal et pas question cette fois d'envoyer une employée innocente au frond pour astucieusement se cacher derrière elle et rendre pratiquement impossible le dépôt d'une plainte. Ma sœur, qui est une fine mouche, dit que le tour était bien joué. ;) Nous attendrons ensemble le communiqué de la brigade de gendarmerie de Luchon qui raconte que Mm X est bien venue répandre des pleurs chez eux le 18 Juin 2018 et qu'elle est revenue leur dire que ces accusations étaient fausses. La gendarmerie de Luchon, suite à mon mail de ce matin (23 Juin), devrait nous éclairer sur cette question primordiale pour la suite des événements. Pour info, Monsieur Latour, directeur du supermarché de Luchon qui n'a toujours pas présenté les excuses de sa société ni les éléments qui étaient pourtant sa promesse écrite, m'a appelé ce matin vers 12 h pour me demander "naïvement" si j'étais satisfait des "excuses" de son employée et il n'avait manifestement pas lu cette page publiée hier soir. Devant ma dénégation pour les raisons que j'ai expliqué dans cet article, Monsieur Latour a changé de ton, s'est un tantinet énervé, a taxé votre serviteur de "mauvaise foi", dit "qu'il me trouvait bien agile sur les béquilles", m'a reproché "d'aimer la polémique" et à trouvé comme justification à son manque de célérité à donner les éléments que je demande en disant "qu'il a beaucoup de travail". Tout cela dans pratiquement une seule phrase et je n'ai pu que répondre que chacun avait ses priorités. La, fausse semble-il empathie et la recherche d'une résolution par la flatterie de cette affaire ne fonctionnant pas avec moi, il semble que le ton ait brusquement changé peut-être parce le directeur d'intermarché Luchon ne peut pas tenir ses promesses jusqu'à preuve du contraire. Sincères les excuses ? Je ne crois pas, non. :-( Quand je pense que j'avais différé la publication de ce blog en croyant que tout cela allait s'arranger... Aujourd'hui, samedi 23 juin 14 h, le statu quo se termine et l'adresse internet de ce blog est rendue publique. Dans quelques heures son URL sera connue de Google et autres moteurs de recherche, les personnes, sociétés et autorités concernées recevront une invitation à le visiter ainsi que la presse et réseaux sociaux comme il se doit. Monsieur Patrick Latour, directeur de l'établissement Intermarché Luchon/Moustajon géré par SAS Neige, vous avez eu ce matin au téléphone exactement le même comportement que votre employée au départ de cette affaire. Lequel a déteint sur l'autre dans la manière de gérer les conflits ? Nous ne communiquerons désormais plus que par écrit ou avocats interposés. Inutile d'essayer de faire fermer ce site car, ayant comme vous le savez une certaine expérience du combat médiatique, je connais parfaitement les techniques visant à faire taire les contradicteurs (lire "les lanceurs d'alertes) et la publicité négative que vous avez voulu éviter en me menant depuis maintenant six jours en bateau va faire son oeuvre mais j'en suis désolé pour vous et votre groupe. Vous auriez dû saisir la perche qui vous était tendue et ne pas continuer à me prendre pour une bille. Lire la suite Ce que je crois maintenant

Pour en savoir plus sur cette affaire, donner un témoignage ou nous encourager dans ce combat, vous pouvez utiliser en toute discrétion le formulaire de contact et vous inscrire à la lettre de nouvelle qui vous informera au jour le jour des péripétie de cette déplorable affaire.

Respectueux de la vie privée, nous n'utilisons votre adresse @mail que pour cette information et vous pouvez vous désincrire d'un simple clic quand vous le souhaitez.