Ce que je crois maintenant

Luchon Reine des Pyrénées

Après consultation de conseillers juridiques, la prochaine étape puisque le Directeur Latour n'a pas tenu ses promesses écrites et la gendarmerie restant dans le silence en ne confirmant ni n'infirmant la réalité des faits, j'avais en attendant mieux pris la décision de déposer auprès du Procureur de la République un plainte pour dénonciation calomnieuse contre la menteuse mais un peu de réflexion et de recul m'ont fait constater ceci.

Mardi  26 juin 2018

Pour les raisons que nous avons évoqué, sauf à être téléguidé par sa hiérarchie cherchant à intimider un témoin des malversations présumées ou erreurs de son service de location de véhicule, l’hypothétique  accusation de la préposée n’est pas crédible et nous croyons que, puisque le directeur de l'établissement mis en cause a tenté de manipuler le témoin et que la gendarmerie reste muette, que cette histoire ressemble plus à une esbroufe à la luchonnaise qu'autre chose.

Cela ne serait pas la première fois que les habitants de Bagnères de Luchon sont confrontés à l'instrumentalisation  de la force publique qui sans titre vole au secours des "édiles" pour faire taire les contradicteurs. Quelques exemples.

- La police locale intervenant à la demande d'un riverain gratifie d'une contravention un présumé stationnement abusif sans que les agents verbalisateurs ne constatent eux-même l’infraction.
- A la demande des hôpitaux de Luchon, sans même être saisie d'une plainte en bonne et due forme, la gendarmerie fait des pressions sur un particulier pour qu'il retire un site internet mettant cet organisme en cause.
- Même cas de figure dans notre cas où l'on voit un gendarme intervenir sans qu'aucune preuve d'agression ne soit apportée et semble plus intéressé à l'édition d'un site internet qui n'existe pas encore qu’au visionnage d'enregistrement de caméras de surveillances  qui prouve que quelqu’un serait venu lui faire une  déclaration. mensongère. Drôle d'enquête. :-//

En fait, avec les éléments dont nous disposons, il semble que cela ne soit pas la "main courante" peut-être inexistante d'une employée  de l'Intermarché Luchon/Moustajon  sois-disant "menacée par un client" qui soit à l'origine de la publication de ce site, mais bel et bien un coup de téléphone accusateur (toujours sans preuves) de la gendarmerie de la même ville.

Ce ne sont pas des allégations mais des faits.

Alors, je ne crois pas utile de poursuivre d'une plainte la dame de l'accueil qui, si elle n’est pas coupable, a peut-être au contraire été instrumentalisée par sa hiérarchie et la gendarmerie si, comme nous le soupçonnons depuis quelques jours,  l'histoire avait été montée de toute pièce.

Mais par qui ?

N'oublions pas le message écrit de Monsieur Latour de la semaine passée qui disait...

"Bonjour suite à notre conversation téléphonique je vous écrit pour confirmer que je m engage à obtenir des rectifications au sujet de l altercation de lundi et les conséquences qui en résulte:
Courrier d excuse ainsi que document ou témoignage de la gendarmerie prouvant que l affaire est définitivement disolue.
Comptant sur votre compréhension et votre confiance en ma capacité à régler cette affaire je vous transmets mes sincères salutations"

Promesses non suivies d'effets qui prouvent tout d'abord la manipulation de cette personne visant  à empêcher publication de ce site en attente de mise en ligne à ce moment là et que peut-être, nous le croyons maintenant, qu'il ne pouvait pas obtenir de son employée une rétractation à une déclaration qu'elle n'aurait pas faite à la gendarmerie.

Mais alors, qui a organisé cette cabale et pourquoi ?

Notons que c’est ce que nous pensons maintenant et non l'affirmation d'une vérité que nous ignorons encore du moins "officiellement".

Ce site affichant à l'heure où je vous parle plus de 500 visites quotidiennes et les langues allant bon train comme vous le savez dans notre vallée, ces dernières commencent à se délier et des témoignages que je ne révélerais pas ici pour des soucis de protection et d'anonymat des personnes concernées (dont des employés de l'Intermarché Luchon), nous n'allons pas tarder à savoir de ce qui l'en est de toute cette affaire et la gendarmerie va bien être obligée à un moment où à un autre de répondre à nos questions ou à celle de l'IGGN.

Qui est-ce qui va trinquer ?

je ne le sais pas encore mais personne ne peut tolérer que, peut-être pour cacher une possible tentative de malversation (ou grossière erreur) du service de location de voiture de l'intermarché Luchon, on s'en prenne de la sorte à un client en l'accusant faussement d'agression à coups de béquilles.

Très loin d'un différent commercial puisque le premier jour la direction de cette grande surface a décidée selon les termes de son directeur de "privilégier le bénéfice du doute en faveur du client" selon la charte de ces établissements et "main courante" ou pas, nous sommes témoins d'une agression caractérisée de la part du personnel de l'Intermarché Luchon/Moustajon en direction d'un client ce dont témoigne ce site.

Lequel restera en ligne parce que maintenant preuve est faite qu'il y a bien eu lieu embrouille et les luchonnais et touristes qu'ils accueillent sont d'accord pour dire "Plus jamais ça !".

Désormais, le personnel de ce magasin saura respecter les clients en restant à sa place, la hiérarchie veillera mieux à la sécurité des clients et la gendarmerie (les autorités locales) ne se fera plus (si il en est) complice d'exactions envers des particuliers ou suivra les affaires d'agressions avec plus de soin avant que les querelles intestines des administrés ne dérapent entachant la réputation de notre ville Luchon la Reine des Pyrénées.

A suivre suivant les événements. :)

Jack Paloque-Berges

Lire la suite : La gendarmerie

Ce que je crois maintenant Par Jack le 26 juin 2018 Après consultation de conseillers juridiques, la prochaine étape puisque le Directeur Latour n'a pas tenu ses promesses écrites et la gendarmerie restant dans le silence en ne confirmant ni n'infirmant la réalité des faits, j'avais en attendant mieux pris la décision de déposer auprès du Procureur de la République un plainte pour dénonciation calomnieuse contre la menteuse mais un peu de réflexion et de recul m'ont fait constater ceci.Mardi 26 juin 2018 Pour les raisons que nous avons évoqué, sauf à être téléguidé par sa hiérarchie cherchant à intimider un témoin des malversations présumées ou erreurs de son service de location de véhicule, l’hypothétique accusation de la préposée n’est pas crédible et nous croyons que, puisque le directeur de l'établissement mis en cause a tenté de manipuler le témoin et que la gendarmerie reste muette, que cette histoire ressemble plus à une esbroufe à la luchonnaise qu'autre chose. Cela ne serait pas la première fois que les habitants de Bagnères de Luchon sont confrontés à l'instrumentalisation de la force publique qui sans titre vole au secours des "édiles" pour faire taire les contradicteurs. Quelques exemples. - La police locale intervenant à la demande d'un riverain gratifie d'une contravention un présumé stationnement abusif sans que les agents verbalisateurs ne constatent eux-même l’infraction. - A la demande des hôpitaux de Luchon, sans même être saisie d'une plainte en bonne et due forme, la gendarmerie fait des pressions sur un particulier pour qu'il retire un site internet mettant cet organisme en cause. - Même cas de figure dans notre cas où l'on voit un gendarme intervenir sans qu'aucune preuve d'agression ne soit apportée et semble plus intéressé à l'édition d'un site internet qui n'existe pas encore qu’au visionnage d'enregistrement de caméras de surveillances qui prouve que quelqu’un serait venu lui faire une déclaration. mensongère. Drôle d'enquête. :-// En fait, avec les éléments dont nous disposons, il semble que cela ne soit pas la "main courante" peut-être inexistante d'une employée de l'Intermarché Luchon/Moustajon sois-disant "menacée par un client" qui soit à l'origine de la publication de ce site, mais bel et bien un coup de téléphone accusateur (toujours sans preuves) de la gendarmerie de la même ville. Ce ne sont pas des allégations mais des faits. Alors, je ne crois pas utile de poursuivre d'une plainte la dame de l'accueil qui, si elle n’est pas coupable, a peut-être au contraire été instrumentalisée par sa hiérarchie et la gendarmerie si, comme nous le soupçonnons depuis quelques jours, l'histoire avait été montée de toute pièce. Mais par qui ? N'oublions pas le message écrit de Monsieur Latour de la semaine passée qui disait... "Bonjour suite à notre conversation téléphonique je vous écrit pour confirmer que je m engage à obtenir des rectifications au sujet de l altercation de lundi et les conséquences qui en résulte: Courrier d excuse ainsi que document ou témoignage de la gendarmerie prouvant que l affaire est définitivement disolue. Comptant sur votre compréhension et votre confiance en ma capacité à régler cette affaire je vous transmets mes sincères salutations" Promesses non suivies d'effets qui prouvent tout d'abord la manipulation de cette personne visant à empêcher publication de ce site en attente de mise en ligne à ce moment là et que peut-être, nous le croyons maintenant, qu'il ne pouvait pas obtenir de son employée une rétractation à une déclaration qu'elle n'aurait pas faite à la gendarmerie. Mais alors, qui a organisé cette cabale et pourquoi ? Notons que c’est ce que nous pensons maintenant et non l'affirmation d'une vérité que nous ignorons encore du moins "officiellement". Ce site affichant à l'heure où je vous parle plus de 500 visites quotidiennes et les langues allant bon train comme vous le savez dans notre vallée, ces dernières commencent à se délier et des témoignages que je ne révélerais pas ici pour des soucis de protection et d'anonymat des personnes concernées (dont des employés de l'Intermarché Luchon), nous n'allons pas tarder à savoir de ce qui l'en est de toute cette affaire et la gendarmerie va bien être obligée à un moment où à un autre de répondre à nos questions ou à celle de l'IGGN. Qui est-ce qui va trinquer ? je ne le sais pas encore mais personne ne peut tolérer que, peut-être pour cacher une possible tentative de malversation (ou grossière erreur) du service de location de voiture de l'intermarché Luchon, on s'en prenne de la sorte à un client en l'accusant faussement d'agression à coups de béquilles. Très loin d'un différent commercial puisque le premier jour la direction de cette grande surface a décidée selon les termes de son directeur de "privilégier le bénéfice du doute en faveur du client" selon la charte de ces établissements et "main courante" ou pas, nous sommes témoins d'une agression caractérisée de la part du personnel de l'Intermarché Luchon/Moustajon en direction d'un client ce dont témoigne ce site. Lequel restera en ligne parce que maintenant preuve est faite qu'il y a bien eu lieu embrouille et les luchonnais et touristes qu'ils accueillent sont d'accord pour dire "Plus jamais ça !". Désormais, le personnel de ce magasin saura respecter les clients en restant à sa place, la hiérarchie veillera mieux à la sécurité des clients et la gendarmerie (les autorités locales) ne se fera plus (si il en est) complice d'exactions envers des particuliers ou suivra les affaires d'agressions avec plus de soin avant que les querelles intestines des administrés ne dérapent entachant la réputation de notre ville Luchon la Reine des Pyrénées. A suivre suivant les événements. :) Jack Paloque-Berges Lire la suite : La gendarmerie

Pour en savoir plus sur cette affaire, donner un témoignage ou nous encourager dans ce combat, vous pouvez utiliser en toute discrétion le formulaire de contact et vous inscrire à la lettre de nouvelle qui vous informera au jour le jour des péripétie de cette déplorable affaire.

Respectueux de la vie privée, nous n'utilisons votre adresse @mail que pour cette information et vous pouvez vous désincrire d'un simple clic quand vous le souhaitez.